Rencontres Éphémères

Rencontres Éphémères

Hello Sweeteas !

Aujourd’hui on parle de rencontres, de gens qu’on a croisés qu’une seule fois et dont on oublie le visage petit à petit. J’ai voulu me rappeler de quelques anecdotes, de personnes qui ont croisé mon chemin et qui m’ont fait rire, prendre conscience de choses, froncer les sourcils… Des petits moments hors du temps qui amusent malgré tout ! J’ai eu cette envie ce matin, alors que j’allais prendre le tram, quand j’ai justement discuté avec une petite mamie sur ma route pour aller manger des sushis avec mes blopines Ines et Sofia.

RE2Je vous imite.

C’est ce qu’il m’a dit en s’asseyant sur le dossier du banc, à côté de moi, alors que j’attendais G. Un assez vieil homme, chemise criarde et cheveux gris en bataille. “Oui, parce qu’il a plu…” j’ai répondu sans trop d’entrain. “Vous êtes de Lyon ?” Je le regarde suspicieusement. Il n’a pas l’air dangereux, il me sourit. “Oui, je suis venue ici pour mes études. Et vous ?Moi aussi. Quelles études ?” Je hoche la tête et lui parle de ma future école. “Aah le cinéma…” Il a un air rêveur et il me confie qu’il ne va plus voir de films. “Trop peu d’intérêt dans le cinéma de nos jours“, me dit-il. Je ne suis pas d’accord, mais je lui parle du cinéma d’avant. Diamants sur Canapé, David Lynch, sans aller jusqu’à Nosferatu quand même. Finalement, G finira par venir me récupérer.

RE1TER Grenoble-Lyon

Je dors sur ma banquette. Tu sais, ces banquettes style canapés, où on tiens à trois, avec une petite table. “Je peux m’assoir ?” Je me relève, frotte mes yeux endormis. Oui, bien sur. Je lui ai fait une place. “C’est pas souvent que les filles s’enfuient pas quand on leur parle un petit peu.” Pas faux, mec, mais moi quand je m’ennuie, j’aime discuter. Il a un fort accent, je ne comprends pas tout ce qu’il dit, mais je fais semblant. Il me parle de son travail, de sa recherche de la femme idéale, de son pays et de son arrivée en France. Des histoires rigolotes, des petits bouts de vie. Je parle aussi. Et pour finir, il me regarde dans les yeux, et il me dis “Tu diras à ton copain qu’il a de la chance, et que je suis …” et j’ai oublié son prénom.

RE3Je me tais.

Pauvre France“, qu’elle m’a dit. Quartier populaire de Lyon, en plein milieu des Etats. “Le marché, c’est plein de voleurs, ils disent c’est pas moi, mais c’est bien eux.” Elle fait des signes autour d’elle pour montrer les gens à l’arrêt de tram. “Pauvre France“, elle répète. Je l’écoute mais je ne dis rien. Elle hoche la tête d’un air triste, elle fixe les jeunes, les femmes en burka. Elle me regarde, comme si elle voulait que je l’approuve. J’ai un sourire en coin, elle voit bien que je ne suis pas vraiment de son avis. Elle me dit “le tram est là“. Puis elle me sourit. Je lui renvoie son sourire, et monte dans le tram. Sans un mot.

RE4Trop d’alcool.

Il hurle “solemendeuber !” et son pote titube à coté de lui. Cinq heures de l’après-midi, place Bellecour. Il répète “Solemendeuber“, toujours sur le même ton, toujours à la même hauteur. Son groupe porte leur pote à moitié endormi, ils passent devant G et moi, sur notre banc. Solemendeuber, il nous dit en riant. Il voit nos sourires amusés. Il nous fais un signe, comme pour nous montrer à quel point c’est drôle.

T’es en quelle section ?” Il hurle au milieu de la boîte. Soirée privée de la prépa, je danse tranquille, il s’est rapproché de moi petit à petit. On a la même couleur de cheveux. “Mpsi“, je hurle à mon tour. Mpsi, c’est les matheux. Il explose de rire. “Naaaan je te crois pas ! T’as pas une tête d’intello” J’affiche un sourire en coin. Idiot.

RE5Et puis…

Tous ceux que j’ai vus sur les quais, tous ceux qui m’ont aidée dans la rue, ceux qui m’ont indiqué le chemin, amusée dans le bus, qui m’ont souri dans la rue ou énervée à mort. C’est quand même fou de se dire qu’ils ont influencé ma vie sans même en faire beaucoup partie. J’ai oublié la plupart des visages que j’ai croisés, et pourtant ce sont eux qui reviennent dans mes rêves. Je suis un peu mélodramatique, mais c’est plutôt chouette, non ?

Raconte moi une rencontre éphémère, toi aussi !

Allez, c’est terminé pour cet article cuculmignon ! Des bisous ❤️

Koko

4 thoughts on “Rencontres Éphémères

  1. Super cet article! J’ai vécu tes anecdotes comme si j’étais avec toi! En tout cas ce sujet est vraiment sympa à lire!
    Je n’ai malheureusement pas d’anecdote à raconter d’une rencontre éphémère…

  2. Juste tous les clients de la clinique qui te racontent leurs vies à l’accueil en attendant le véto. Même si c’est pas réellement éphémère parce qu’on les revoit plus ou moins souvent.
    Petite affection particulière pour la femme de même pas 50 ans dont le mari est décédé pendant leurs vacances et qui te dit “la vie continue, et au moins il a une dernière fois rendu mes vacances inoubliables”. Tant de positivité moi ça me bouleverse !
    Ou le vieux Monsieur qui raconte inévitablement une blague à chaque fois qu’il vient, la plupart du temps des bonnes vieilles blagues de Toto, sauf qu’il remplace Toto par “mon p’tit fils” et ça rend tout de suite l’histoire plus drôle.
    Et un mec dans un concert de Placebo ou j’étais seule avec ma tante, j’avais décidée de lui fausser compagnie pour aller devant, je peinais un peu à me frayer un passage à travers la foule, un mec me chope la main et m’entraîne à sa suite directement au premier rang. On a discuté jusqu’au début du concert de tout et de rien, on s’est éclaté comme des fous pendant le concert, comme si on était pote depuis toujours ! Je me rappelle ni son nom ni sa tête, mais c’était un concert génial grâce à cet ami provisoire ! (La preuve C!était y a 10 ans -bim coup de vieux dans ma gueule- et je m’en souviens encore)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Enter Captcha Here : *

Reload Image